Les idées reçues en psychothérapie

 

Idée reçue n°1les psys ne parlent jamais, ils restent silencieux !

 

Ce cliché du psy qui ne fait que vous écouter et marmonne « hmm-hmm » de temps à autre ne sort pas de nulle part : il est vrai que certains praticiens, notamment les psychanalystes, restent silencieux. C’est généralement bien moins souvent le cas des psychologues et psychothérapeutes, qui sont plus interventionnistes, même si des exceptions existent toujours. Il posent des questions, rebondissent sur un mot ou une phrase que le patient vient d’exprimer ou qu’il a exprimé la semaine passée et qui semble faire sens avec la séance du jour. Mais attention : les silences aussi ont leur intérêt et il serait bien dommage voire même dommageable pour la thérapie de ne pas laisser leur place à certains silences fort constructifs. Pourquoi ?

  • Les silences du thérapeute permettent au patient de se retrouver face à lui même.

  • Ils induisent une certaine neutralité et une saine distance : le thérapeute n’est pas l’ami ou le confident ; il ne donne pas de conseils à proprement parler, mais peut proposer des pistes d’évolution.

  • Ils favorisent l’émergence d’idées et de ressources chez le patient pour qu’il puisse trouver ses propres solutions.

  • Le silence pousse à aller plus loin, à faire tomber le masque social, à oser l’Intime.

  • Le silence peut permettre à la dernière phrase dite de « flotter » dans l’air et dans la mémoire auditive du patient pour qu’il s’entende et qu’il puisse, si c’est le moment juste, vivre une véritable prise de conscience.

 

 

 

 

Idée reçue n°2: la thérapie va me transformer

 

La thérapie ne fait pas de vous quelqu’un d’autre. 

Bien au contraire. Un accompagnement réussi, c’est une plus grande liberté pour exprimer et pour vivre pleinement celui ou celle que vous êtes déjà, mais qui pour le moment, se sent enchaîné, entravé, gêné par quelque chose.

Chez certaines personnes, à l’issue de leur thérapie, l’entourage peut avoir l’impression de constater une grande « transformation », mais le mot est inexact. Le plus souvent, c’est d’une libération dont il s’agit. On ne devient pas chat s’il l’on est labrador. Seulement, on peut un beau jour réaliser qu’on portait une muselière pendant des années et qu’elle était devenue si « habituelle », si normale, qu’on en avait oublié sa présence. Ce qui semble évident lorsque la muselière tombe, c’est que l’expression est différente ! Pourtant, est-ce une transformation ? Non. Ce n’est qu’un retour à l’état « sain ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Idée reçue n°3: si je travaille sur moi, je vais casser mon couple

 

Vous aurez surtout beaucoup plus de clés et de ressources pour comprendre ce qu’il se passe en vous et dans votre couple. Le seul moyen pour que votre histoire se solde par une séparation, c’est si vous constatez par vous-même que vous vivez avec une personne qui ne vous correspond pas.

Beaucoup de conjoints sont ravis de constater que depuis le travail thérapeutique,  leur femme ne se met quasiment plus en colère mais exprime calmement son désaccord sans jamais tomber dans le jugement. Beaucoup sont soulagées de constater que la jalousie maladive de leur mari n’est plus qu’un souvenir dans leur histoire.

Il suffit souvent de communiquer avec l’autre, et quelquefois, vous pourrez même constater que l’envie naît chez lui/elle d’aller à son tour prendre soin de soi ( via une thérapie ou du développement personnel)  parce que « moi aussi, après tout, je veux me sentir plus épanoui ».

En revanche, il est vrai que si l’équilibre de votre couple repose sur les bases du triangle dramatique (Persécuteur, Victime, Sauveur), il y a de fortes chances que le jeu malsain cesse avec l’avancée de la thérapie.

Pour résumer : non, la thérapie ou le développement personnel ne nuira pas à votre couple si celui ci n’est pas déjà gangréné. L’avancée du travail pourra par contre révéler cette gangrène et il vous appartiendra donc de choisir si vous souhaitez ou non continuer votre histoire amoureuse. N’oubliez pas aussi qu’il existe la thérapie de couple…

 

 

 

 

 

 

 

Idée reçue n°4: on finit plus névrosé qu’avant!

 

Qui n’a pas en tête cette phrase de Coluche ? : « Avant, je faisais pipi au lit et j’en avais honte; maintenant, je vois un psy, je fais toujours pipi au lit, mais j’en suis fier ».

En effet, quelquefois, le fait de prendre conscience de certaines choses ne suffit pas à faire « disparaître » le symptôme, mais permet tout au moins de mieux vivre avec. Une chose certaine : on ne devient pas « plus névrosé qu’avant ». Il peut y avoir une phase en thérapie où l’on passe d’un flou à un flou encore plus grand, mais ce n’est que très passager et c’est justement le fait d’être allé jusqu’au maximum de ce flou qui permet par la suite au brouillard de se dissiper pour laisser place à une plus grande clarté des émotions et des idées.

Il arrive aussi que le patient, à la « fin » de sa thérapie, se mette de nouveau face une situation à problème. C’est très courant, et c’est en général plutôt sain : quoi de plus sécurisant que de pouvoir se prouver qu’à présent, il peut dire « Non » à la situation qui a un moment lui aurait posé problème ? C’est un désir de l’Inconscient que de se mettre à l’épreuve rapidement pour se tester : Est-ce la réaction automatique qui va survenir ou est-ce un choix éclairé est réfléchi qui va primer?

 

 

 

 

 

 

 

Idée reçue n°5: si je vais voir un psy, c’est que je suis incapable de m’en sortir seul(e)

 

C’est même tout le contraire ! Le thérapeute est là pour vous rappeler que le trousseau de clés, c’est VOUS qui le détenez, pas lui. Il sera là pour que vous réalisiez à quel point vous avez toutes les ressources nécessaires pour vous en sortir seul(e).

Le rôle du Psy n’est pas de vous donner la recette du gâteau puisque vous n’êtes pas assez doué pour le faire par vous-même. Et puis quelle recette ? Quel gâteau ? Vous et uniquement Vous, le savez. En revanche, vous pouvez grâce à l’aide du psy, vous souvenir de cette fameuse recette dont vous seul(e) avez le secret.

Personne ne fera le travail à votre place. Le thérapeute ne va pas vous infantiliser, vous plaindre, vous dire quoi faire, et quoi dire, et comment réagir, etc… Si vous allez voir un psy, c’est que vous avez justement envie de vous en sortir seul(e), grâce à vos propres solutions, et que votre courage vous pousse à vous prendre en main pour avancer.

 

 

 

 

 

 

 

Idée reçue n°6: la thérapie, c’est pour les riches

 

Une grande partie de l’efficacité de l’accompagnement thérapeutique se trouve dans le fait qu’il faille payer, et payer « de sa poche », et payer une certaine somme qui ne soit pas dérisoire.

Poser son billet sur le bureau en début (ou en fin de séance selon les psys) c’est miser sur SOI et sur l’importance qu’on apporte à notre mieux-être. La psychothérapie n’est absolument pas « juste pour les riches ». A contrario, le problème est plus délicat pour un patient qui gagne très bien sa vie : si au moment où il pose son billet, il ne mesure pas la valeur de ce qu’il laisse puisque la somme représente pour lui des « clopinettes », quel sera son engagement dans la cure ?

Si le prix de la séance reste peu onéreux pour le patient, il risque alors de s’installer bien confortablement dans la thérapie et dans son rôle de victime et de ne rien mettre en place pour terminer sa cure psychothérapique. Oui, la thérapie doit « coûter ». Non, elle ne doit pas vous mettre en difficulté financière et vous dépouiller, mais permettre un réel investissement. C’est un des gages de sa réussite.

 

 

 

 

 

 

 

Idée reçue n°7: le Psy va me trouver des problèmes là où je n’en avais pas

 

Bien heureusement non ! Le thérapeute ne va pas vous scanner et vous sortir une liste de tout se qui cloche en vous ! C’est vous qui choisirez d’aborder les points qui aujourd’hui, vous entravent.

Quelquefois, le patient arrive en séance avec plusieurs problèmes qui semblent sans liens les uns avec les autres, alors qu’ils viennent de la même source, du même blocage.

Autre cas de figure : le patient souhaite avancer sur un problème en particulier, et c’est l’histoire de l’arbre qui cache la forêt : Le patient n’a pas toujours conscience que c’est « autre chose » qui est à l’origine de son mal-être. Cela ne veut pas dire que la découverte du problème sous-jacent va s’avérer douloureux et compliqué.

Seulement vous allez, à votre rythme, ouvrir peu à peu les oeillères qui vous empêchaient d’avoir une vue d’ensemble sur votre situation.

 

 

 

Merci à Jessica Depetris, psychopraticienne en Touraine et co-créatrice de l'école de l'Approche Pearl d'avoir accepté que son article soit publié sur le site de psychothérapie-dijon.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Aurélie Macariou

Psychothérapie Dijon 

​© 2017 par Aurélie Macariou - Tous droits réservés
www.psychotherapie-dijon.fr
Mentions légales

Aurélie MACARIOU

Psychopraticienne

Cabinet de consultation-Vallée de l'ouche

59, rue de la croix de Molphey

21410 Agey